Roumanie va faire partie de l'Europe Commun. Ce que j'y avais vécu jadis ensuie, en visite.

lundi, avril 21, 2008

Entre les favoris de mes images

il y a ce jardinier, trouvé à Cluj en nettoyant des jardins, pratiquement sans dents et heureux de sa vie, ne se pleingant pas dû tout de ce que la vie lui avait apporté.

Il y a aussi l'employé retirée des postes, vivant sans travailler sa retraite, venant de temps en temps, se reposer sur un banc dans le parc de ma jeunesse.

Petru, towards end of our discussion

Et la femme qui elle, se plaignait un peu de sa vie: à cette âge, elle devait encore faire une longue chemin chaque matin pour aller aux champs avec un outil ancien et sans aucun moyen de communication. Ah, me dit-elle, vous avez de la chance d'avoir un taxi! Elle ne s'imaginait même pas une voiture personnelle!

She still must go, Transylvania

Même son chapeau de paie était bien usée.

Puis, il y a cette belle gitane, rencontré sur une route de petite village, aussi en Transylvanie, de même année, la seule ayant provoqué des discussions enflammées.

La belle tzigane, Transylvania road

et puis, cette paysan hongrois, relevant rapidement son chapeau quand il nous a vu s'approcher

Instinctive salute

il avait aussi des magnifiques yeux bleus!

Shaving without running water, the old way

Et ce grand père dans cette pièce sans rien pratiquement, se rasant sans eau. Il ne m'avait pas permis une photo de face, au moins pas à ce moment-là, mais tel quel, pour moi, cette image parle encore davantage.

Bien sûr, il y eu aussi le professeur universitaire, mon cousin, et toute la famille, les étudiants de la grande ville: Transylvanie est si diverse! Mais si je n'aurais pas eu ma voiture avec moi, je n'aurais pas découverte ces autres vies.



1 commentaire:

Air fou a dit…

Cette photo est vraiment magnifique.

Photo-tableau, tableau-photo.

Bravo!

Zed ¦)